Brevet de Technicien Supérieur Agricole :
BTSA - Viticulture Œnologie Formation continue en 1 an

Le technicien supérieur agricole en viticulture-œnologie assure des fonctions de production de raisins en tant que responsable de culture (viticulture) et de transformation telles que la vinification et l’élevage de vins en tant que responsable de chai (œnologie). Il peut également être chargé de missions complémentaires de gestion et de commercialisation. L’activité est principalement exercée comme exploitant ou salarié comme maître de chai, caviste, chef de culture, chef d’équipe, responsable de vignoble

spécificités

formation continue

Durée

1059h parcours complet
891h parcours dispensé

lieu

riscle

DATES

juin à juin

modalités

présentiel

OBJECTIFS DE LA FORMATION

Le BTSA – Viticulture Oenologie va permettre à l’apprenant d’acquérir les connaissances, compétences et savoir-faire nécessaires à l’exercice du métier de technicien, à savoir :

=> Conduire un système d’exploitation durable et en assurer le pilotage
=> Mettre en œuvre la conduite technico-économique de la vigne
=> Mettre en œuvre la transformation de tout ou partie de sa récolte

=> Collaborer à des activités de commercialisation et de services
=> Organiser et manager des situations de travail

=> Assurer la gestion économique et financière de l’exploitation
=> Communiquer en interne et en externe

Passer le BTSA Viticulture-Oenologie en formation continue sur une période d’un an présente plusieurs avantages. Voici quelques-uns d’entre eux :

Rapidité d’obtention du diplôme : La formation continue sur un an permet d’obtenir le diplôme plus rapidement par rapport à une formation traditionnelle sur deux ans. Cela peut être un avantage pour ceux qui souhaitent intégrer rapidement le marché du travail.

Immersion intense dans le programme : En concentrant la formation sur une période plus courte, les participants sont immergés de manière intense dans le programme. Cela peut favoriser une meilleure concentration et absorption des connaissances, car les informations sont traitées de manière plus rapprochée.

Retour rapide sur investissement : Les participants à la formation continue peuvent rejoindre le marché du travail plus rapidement, ce qui leur permet de commencer à appliquer leurs compétences nouvellement acquises et de générer un retour sur investissement plus rapidement qu’avec une formation plus étalée dans le temps.

Adapté aux professionnels en reconversion : La formation continue en un an est souvent conçue pour répondre aux besoins des professionnels en reconversion ou ayant déjà une expérience dans le domaine. Elle leur permet de mettre à jour leurs compétences et de se réorienter plus rapidement.

Moins de perturbation de la carrière professionnelle : Étant donné que la formation est plus courte, les participants en formation continue peuvent minimiser la perturbation de leur carrière professionnelle. Cela peut être un avantage pour ceux qui cherchent à acquérir de nouvelles compétences sans s’éloigner du marché du travail pendant une période prolongée.

Encadrement plus intensif : Une formation condensée sur un an peut permettre un encadrement plus intensif, avec un suivi rapproché des formateurs. Cela peut favoriser une meilleure compréhension des concepts et une application plus rapide des compétences.

Flexibilité pour les personnes actives : La formation continue sur un an peut être conçue pour offrir une certaine flexibilité aux participants actifs sur le marché du travail, avec des horaires adaptés à leur disponibilité.

PUBLIC

Formation continue : Tous publics.

PRé-REQUIS

Pour la formation continue :

Diplôme de niveau 4 ou Justifier de deux années d’activité professionnelle à plein temps à la date du début de formation.

Référentiel de formation

DURée

Durée moyenne d’un parcours dispensé (hors matières générales) : 891 heures en centre et 847 heures en entreprise soit 28 semaines en centre de formation et 25 semaines en entreprise.

Durée moyenne d’un parcours complet (avec matières générales) : 1059 heures en centre et 847 heures en entreprise soit 28 semaines en centre de formation et 25 semaines en entreprise. 

Lieu

CFPPA du GERS / Site de Riscle (32)

Modalités pédagogiques

Formation en présentiel

FINANCEMENTS

Pour la formation continue, plusieurs possibilités :

Pour un demandeur d’emploi, le coût de formation est pris en charge par le Conseil Régional d’Occitanie dans le cadre du Programme Régional de Formation 2023 20226 – qualif pro.

Pour un financement personnel, nous consulter.
Le CPF est mobilisable pour participer au financement.

couts pedagogiques

13,95€ /heure /stagiaire en centre.

Rémunération

Le stagiaire de la formation continue demandeur d’emploi peut percevoir une rémunération via ses droits pôle emploi ou la région dans le cadre de l’ASP.

VOIE DE FORMATION

Formation continue.

DISPOSITIF D’EVALUATION

Evaluations formatives en cours de formation.

Evaluations certificatives : contrôles continus des connaissances (CCF) et épreuves terminales.

Enquête de satisfaction en fin de formation.

mode de validation

Diplôme de niveau 5 (anciennement de niveau III)

poursuite de formation possible

Préparer un second BTSA en 1 an, pour acquérir des compétences complémentaires.

Poursuivre en licence professionnelle (1 an).
Suivre un parcours universitaire ou une école d’ingénieurs

possibilité de valider un ou plusieurs blocs de compétences ?

Non

modalités d'adaptation possible du parcours

Pour bénéficier des dispenses d’épreuves lorsque le diplôme ou le titre possédé se trouve dans la liste ci-dessous, une copie du diplôme doit être jointe au dossier d’inscription, pour contrôle.

Le candidat est titulaire du diplôme suivant : BTS, BTSA, DEUG, Licence 2, DEUST ou d’un diplôme de niveau équivalent ou supérieur, Il est dispensé du bloc 1 et bloc 2.
Base juridique : Arrêté du 22 juin 2011

informations métier

principales activités du métier visées par l’action de formation

Les emplois occupés par les techniciens supérieurs s’appuient tous sur la maîtrise de l’ensemble « itinéraire technique de production de raisin et de sa transformation ».
On trouve tout d’abord et pour l’essentiel, des viticulteurs responsables d’une exploitation viticole, une conséquence logique à mettre en relation avec la forte proportion de jeunes issus du milieu viticole. En tant que chef d’exploitation, le technicien supérieur assure quasiment l’intégralité des activités inventoriées. Ils sont à la fois producteur, transformateur, commercial et responsable du pilotage et de la conduite de l’entreprise, une situation généralement qualifiée de complexe mais aussi reconnue comme difficile.
D’autres emplois bien identifiés sont ceux qui s’articulent autour des travaux de vinification. Selon la taille de l’entreprise, le titulaire de ce diplôme peut conduire l’intégralité de la vinification ou travailler en équipe: dans ce cas, il doit trouver sa place à côté de l’opérateur caviste et de l’œnologue.
Enfin une autre catégorie d’emplois apparaît avec l’importance accordée aux préoccupations environnementales qui résulte d’un choix de conduite de l’entreprise dans une perspective de durabilité ou parce qu’il y a un engagement avec un cahier des charges spécifique. De plus, la recherche d’une production de raisin de qualité est devenue une priorité. Une telle situation exige du personnel qualifié sur un plan technique afin de pouvoir conseiller le viticulteur.

principaux débouchés

Le titulaire du BTSA – Viticulture Oenologie peut exercer en tant que viticulteur responsable d’exploitation.
Il peut aussi être employé comme chef de culture, régisseur de domaines ou chef d’équipe selon la taille de la propriété.
S’il veut travailler dans la transformation des vins, il peut être caviste ou maître de chai dans un domaine ou une cave-coopérative.
En passant par le BTSA – Viticulture Oenologie, des opportunités d’emploi existent dans le négoce de vins mais aussi dans le conseil et le contrôle dans les coopératives viticoles, les chambres d’agriculture et instituts techniques spécialisés et chez les agro fournisseurs.

conditions d’environnement du métier

On observe, d’une manière générale, un basculement de l’emploi familial vers l’emploi salarial. Le monde viticole embauche, il est même le premier pourvoyeur d’emplois en agriculture. Toutefois, ce contexte du salariat connaît une forte diversité selon les régions.

 De plus, l’organisation du pilotage et la répartition du travail dans ces nouvelles entreprises sont également remises en cause. Compte tenu de leur taille et de la complexité des activités à conduire, les responsables d’exploitation doivent recourir à l’embauche de nouveaux partenaires car les ressources familiales ou les prestations de main d’œuvre ponctuelles ne sont plus suffisantes : une nouvelle stratégie de recrutement doit être mise en œuvre.

Assurer une veille des évolutions techniques, maîtriser la complexité fiscale, s’investir dans la commercialisation, prendre des responsabilités professionnelles… ne sont que quelques unes des activités conduites par le responsable de l’exploitation, mais toutes induisent des charges de travail conséquentes et de fréquentes absences de l’exploitation.

délai d'accés

Prochaines sessions :
BTSA – Viticulture Oenologie en un an : fin juin 2024

ACCESSIBILITÉ

Pour les personnes en situation de handicap, merci de nous contacter pour étudier ensemble la faisabilité et les adaptations possibles.

qualité et satisfaction

Taux de réussite aux examens FC (année 2022-2023) : 93 %
Taux d’insertion professionnelle FC (année 2022-2023) : 100 %
Taux de satisfaction (année 2022-2023) : 100 %

Mise à jour : 09/01/2024